Archives de la catégorie : Réflexions

De l’égalité à l’absurdité

égalité

Liberté, Égalité, Fraternité voila un belle devise, mais poussée à son paroxysme, l’égalité devient l’absurdité. La différence est une réalité avec laquelle il faut composer. La différence est une richesse. La nier est une absurdité. Pourtant, notre société n’a de cesse de lutter aveuglement contre la différence, quelles qu’en soient les conséquences.

Premier exemple, nous ne devons plus faire de distinction entre une femme et un homme. On en arrive ainsi au mariage pour tous sans distinction de terminologie. J’en ai déjà parlé dans un précédent billet. Qu’est devenu le « droit à la différence » jadis brandi par la communauté homosexuelle ? Bientôt les termes d’homme et de femme seront à bannir pour ne pas être taxé de discrimination. Nous ne devrons plus parler que de citoyen…

Un autre exemple, tous les quatre ans, revient sur la table l’idée d’imposer artificiellement que les jeux paralympiques aient la même couverture médiatique que les jeux olympiques. Seul le pouvoir de la société de consommation (i.e. la publicité) nous sauve encore de cet amalgame. Bientôt, il faudra couper une jambe à tous les valides pour que tous le monde soit sur un pied d’égalité. Ne rions pas trop, car c’est ce que nous faisons dans le domaine de l’éducation.

Dernier exemple, celui de l’éducation justement. Le taux de réussite au bac est passé de 60 % en 1960 à 84,5 % en 2012. Les bacheliers sont-ils plus intelligents en 2012 qu’il y a 70 ans ? Probablement pas, par contre, le dogme de l’égalité a fait son chemin. Aujourd’hui, partant du constat que les écoliers ne sont pas tous égaux devant les devoirs à la maison à cause du milieu familial, on veut les abolir en mettant en avant le principe d’égalité. Quand un enseignant prépare un devoir, un TD ou un TP, il se demande si la plupart vont arriver à le terminer, pas si le meilleur ne risque pas d’arriver au bout avant la fin du temps imparti.

Tout ça pour dire que le principe d’égalité ne doit pas se résumer à un rouleau compresseur écrasant tout sur son passage pour que rien ne dépasse. L’égalité n’est pas le nivellement par le bas. Qu’il s’agisse d’un homosexuel, d’un handicapé ou d’un étudiant brillant, la richesse est souvent dans ce qui dépasse. Il faut respecter le droit à la différence. Il faut accepter de composer avec la différence. Mieux, je conseille à chacun de cultiver sa différence.

Publié dans Réflexions | Laisser un commentaire

La supercherie du mariage pour tous

mariage-gay

Je pense que deux personnes de même sexe doivent avoir le droit de s’unir, au même titre et avec les mêmes droits qu’un couple de personnes de sexe opposé marié. Mais il est fallacieux de vouloir faire croire que deux personnes de même sexe c’est la même chose que deux personnes de sexe opposé. Je ne cherche pas à porter ici un jugement de valeur. Deux personnes du même sexe peuvent absolument s’aimer ou faire l’amour. Mais dire que c’est la même chose, c’est nier la différence entre un homme et une femme. Il est essentiel d’appeler un chat un chat, d’accepter et de respecter le droit à la différence, d’arrêter de vouloir systématiquement renier la réalité.

L’union de deux personnes de même sexe est-elle normale (la norme désigne un état habituellement répandu) ? Cela dépend des sociétés et des époques. Aujourd’hui en France, c’est le couple de deux personnes du sexe opposé qui constitue la norme. Ici encore, je ne porte pas un jugement de valeur. La norme ce n’est pas bien ou mal en soit. Einstein et Usain Bolt ne sont pas des personnes normales.
L’union de deux personnes de même sexe est-elle naturelle (dans le sens qui est relatif à la nature) ? Non. Elle ne l’est pas. Encore une fois, je ne porte pas un jugement de valeur. La loi du plus fort est naturelle. L’aide aux personnes handicapées ne l’est pas. Le fait qu’une chose soit naturelle ne la rend pas bonne ou mauvaise.

Le mariage est le mode d’organisation de la conjugalité le plus ancien et le plus universel qui encadre les règles de fonctionnement du couple pour fournir un cadre social et légal propice au développement de la famille.
Le mariage ne se résume pas à consacrer l’amour mutuel entre deux personnes. Il y a même eu des époques, et c’est encore parfois le cas aujourd’hui, où ce second aspect du mariage est complètement secondaire.

Je pense que deux personnes de même sexe doivent avoir le droit de s’unir, au même titre et avec les mêmes droits qu’un couple de personnes de sexe opposé marié (Le PACS ne le permet actuellement pas). Il faudrait simplement trouver de nouveaux termes et un nouveau cadre pour cette nouvelle union. Paire plutôt que couple, union plutôt que mariage par exemple. Le mariage garderait ainsi son sens sur lequel cette nouvelle union pourrait s’appuyer.

Pourquoi le mariage pour tous est-il une supercherie ? L’appellation de mariage pour tous est tout simplement impropre, puisqu’il s’agit uniquement d’ouvrir la possibilité de se marier à deux personnes de même sexe et pas à trois personnes ou à un père et sa fille. Justement pourquoi pas 3 personnes ? Simplement parce que le mariage était le rapprochement d’un homme et d’une femme, parce qu’il faut un homme et une femme pour engendrer. Pourquoi pas un père et sa fille ? Pour éviter les problèmes de consanguinité. Comment l’union de deux personnes de même sexe pourrait-elle suivre les mêmes contraintes ? En étant établie sur le modèle ancestral du mariage.

Aujourd’hui, ce modèle n’existe plus dans la loi. Nous utilisons le même terme pour désigner et encadrer ces deux rapprochements distincts : celui de deux personnes du sexe opposé et celui de deux personnes du même sexe (nous restons ici dans la supercherie). Le sens originel du mariage n’existe plus que dans la mémoire, c’est à dire plus pour longtemps. Ceux qui revendiquaient le droit au mariage pour deux personnes de même sexe ont gagné… et ont perdu en même temps car le concept qu’ils revendiquaient n’existe plus. Dans ce nouveau cadre, je ne vois aucune raison d’empêcher un père et sa fille de se marier et d’adopter. Au non de quoi seraient-ils moins légitimes que deux personnes du même sexe ? Et pourquoi pas trois ? L’appellation de mariage pour tous deviendrait ainsi adéquat. Je pense que nous y arriverons car la position intermédiaire actuelle ne me paraît plus tenable sans le modèle originel du couple hétérosexuel comme référant.

L’avenir nous dira si cette évolution était une bonne idée. Dans tous les cas, elle n’est ni triviale ni anodine. Elle aurait au moins mérité un vrai débat, comme celui sur le traité établissant une Constitution pour l’Europe. J’aurai aimé entendre ce que des spécialistes avaient à en dire, comme des philosophes, des sociologues, des ethnologues, des anthropologues. Il est vraiment dommage que l’on ai réduit tout cela à un vulgaire clivage sur l’homophobie.

Publié dans Réflexions | 3 commentaires

Heures supplémentaires d’un enseignant chercheur

Hollande Dans son interview au journal de 20h de TF1 le 9 septembre 2012, François Hollande a répété ce qu’il avait dejà dit lors de son débat télévisé contre Nicolas Sarkozy pendant l’entre deux tours : « les heures supplémentaires demeureront. Elles seront toujours payées davantage que les heures normales. Rien n’a été mis en cause ». Entendre que les heures supplémentaires sont toujours mieux payées que les heures normales m’avait fait bondir sur ma chaise. Il faut dire que le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a trouvé une superbe parade : les enseignants chercheurs ne font pas d’heures supplémentaires mais des heures complémentaires. Ils sont payés sur un bulletin de salaire distinct en fournissant un deuxième RIB comme s’il s’agissait d’une personne distincte. Ce subterfuge permet qu’une heure normale(0) d’un Maître de conférences soit payée 13,2€(1) net de l’heure au 1er échelon et 28,8€(2) net de l’heure au dernier, et qu’une heure complémentaire soit rémunérée moins de 10€(3) net de l’heure quelque soit le salaire de base de la personne concernée !
A titre d’information, le SMIC horaire brut en 2013 est de 9,43 €, le tarif horaire d’une femme de ménage mise à disposition par un prestataire de service va de 19 à 25  € dans les grandes villes.

Côté salaire, l’Etat n’a pas attendu la crise pour serrer la ceinture des fonctionnaires. En 10 ans (de mars 2002 à mai 2012, le point d’indice à progressé de 6,6% alors que l’inflation sur la même période progressait de 20,4%. Les fonctionnaires ont donc vu leur pouvoir d’achat diminuer de 11,5% en dix ans.

(0) Pour le détail du calcul, il faut savoir qu’un fonctionnaire doit travailler 1600h par an. Pour un enseignant chercheur, le service se décompose en 800h du côté enseignement et 800h du côté recherche. Les 800h du côté enseignement se traduisent par 192h équivalent TD (HTD) devant étudiants, le reste étant dévolu à la préparation des cours/TD/TP, aux corrections et autres tâches diverses. Donc 1HTD rémunère 800/192 soit environ 4,17h de travail effectif.

(1) Le salaire mensuel net au 1er échelon était de 1752€ en 2011.

(2) Le salaire mensuel net au 9ème et dernier échelon était de 3169€ en 2011.

(3) 1HTD complémentaire est rémunérée moins de 40€ net et correspond à 4,17h de travail effectif (cf. (0)).

Publié dans Réflexions | 1 commentaire

Sondages, vraiment n’importe quoi ?

Comme après chaque grand scrutin, les médias, et surtout les hommes politiques, n’ont de cesse de dénoncer l’imprécision des sondages et l’incompétence de leurs auteurs.
Dimanche, avant d’aller voter, j’ai voulu regarder les derniers sondages. Je suis allé sur le site du Monde et suis tombé sur l’article Hollande nettement en tête au premier tour, selon un sondage Ipsos dont voici un extrait :
[…] Nous voici désormais dans une autre phase : encore au coude à coude mardi, à 27 % chacun, MM. Hollande et Sarkozy sont désormais à 3,5 points l’un de l’autre. Crédité de 29 % des voix, le candidat socialiste retrouve, sur le président sortant (25,5%), une avance qu’il avait perdue depuis les lendemains de l’entrée en campagne du chef de l’Etat.

Derrière eux, l’horizon s’éclaircit également quelque peu. Là encore, les dernières semaines avaient brouillé les lignes : Marine Le Pen s’effritait, Jean-Luc Mélenchon progressait, et il était devenu bien difficile de savoir qui des deux arriverait troisième. Aujourd’hui, les choses sont un peu plus claires : depuis début avril, la candidate du Front national a gagné deux points, pour atteindre aujourd’hui 16 % ; tandis que le candidat du Front de gauche stagne dans la zone des 14 %, quatre points devant François Bayrou.

Les chiffres d’Ipsos sont proches de ceux publiés par d’autres instituts au terme d’enquêtes réalisées, elles aussi, les 18 et 19 avril […]
En résumé, ce sondage prédit les résultats suivants :
  • François Hollande : 29 %
  • Nicolas Sarkozy : 25,5 %
  • Marine Le Pen : 16 %
  • Jean-Luc Mélenchon : 14 %
  • François Bayrou : 10 %
Quelle est la marge d’erreur des sondages présidentiels actuels ? Sur le site d’Ipsos, on peut lire que cette marge d’erreur est d’environ 3 à 4 points. Cela veut dire que si un sondage crédite François Hollande de 29 % des voix, ce sondage prédit que François Hollande a 95 % de chance de faire entre 26 % et 32 % (en prenant une marge d’erreur de 3).
Le verdict des urnes a parlé dimanche :
  • François Hollande : 28,63 % soit -0,37 d’erreur
  • Nicolas Sarkozy : 27,18 % soit +1,68 d’erreur
  • Marine Le Pen : 17,9 % soit +1,9 d’erreur
  • Jean-Luc Mélenchon : 11,11 % soit -2,89 d’erreur
  • François Bayrou : 9,13 % soit -0,87 d’erreur
Chapeau bas messieurs les sondeurs, contrairement à ce que tous nos hommes politiques scandent, vous avez très bien travaillé !
Publié dans Réflexions | Tagué | Laisser un commentaire

Le scandale des lampes fluorescentes compactes

Lampe fluorescente
Je suis extrêmement sceptique concernant l’intérêt des lampes fluorescentes compactes (dites basses consommations).
  1. Des études montrent que leur utilisation génère un surcroît de production de CO2 par rapport à une ampoule à incandescence pour 90% des foyers Français.
  2. Elles sont extrêmement inconfortables en raison de leur retard à l’allumage : plusieurs dizaine de secondes pour obtenir 80% de la puissance maximale.
  3. Elles sont aussi inconfortables à cause de leur rendu des couleurs qui est moins bon que celui d’une lampe incandescente car leur spectre de lumière n’est pas complet.
  4. Il est souvent impossible d’utiliser un variateur de puissance : bonjour le confort pour moduler une lumière d’ambiance.
  5. Leur coût énergétique de fabrication (et donc d’achat) bien supérieur à celui d’une lampe à incandescence notamment à cause du ballast dont cette dernière n’est pas pourvue.
  6. Leur flux lumineux alternatif peut produire une gêne oculaire, pouvant aller chez certains sujets sensibles jusqu’à la migraine.
  7. Elles génèrent un rayonnements radioélectriques important (plus de 100 fois supérieur à une lampe à incandescence classique) et ne doivent donc pas être utilisées sur des lampes de chevet ou de bureau.
  8. Ces lampes sont particulièrement polluantes pour l’environnement en cas de rejet non contrôlé ou de casse à cause du mercure qu’elles contiennent. Elles sont considérés comme des déchets dangereux et doivent faire l’objet d’un recyclage spécifique.
  9. Elles nécessitent beaucoup de manutention dans leur fabrication, manutention qui ne peut se faire que dans des pays où les ouvriers sont exploités pour maintenir un prix de vente « raisonnable ».
Bref, j’aimerai bien trouver un argument de poids en leur faveur pour une utilisation chez un particulier.
Voulez-vous vraiment utiliser chez vous ces lampes que l’on tente de nous imposer ?
Publié dans Réflexions | 1 commentaire

Meilleur Firefox meilleur ! (vs Meurs IE6, meurs !)

J’utilise intensivement et j’apprécie énormément le navigateur Firefox. Et c’est certainement pour ces deux raisons que Firefox m’énerve aussi.
Firefox plante (sur Ubuntu, sur Debian ou sur Windows) au moins une fois par journée d’utilisation. Quand Firefox plante, il le fait bien : tous les onglets et toutes les fenêtres plantent en même temps. Pas grave, Firefox nous propose de retrouver toutes les fenêtres et les onglets perdus lorsqu’on le relance ! Sauf que dans toutes ces fenêtres et tous ces onglets, il y a immanquablement celui qui a tout fait planté et qui refait tout planter inexorablement. On pourra toujours dire que c’est la faute à telle ou telle page qui ne respecte pas les standards du web… N’empêche, si Linux était programmé comme Firefox, c’est tout le système qui tomberait quand Firefox plante. Heureusement, ce n’est pas le cas ! Ce qui m’étonne dans tout ça, c’est que je n’entends que des louanges de Firefox et très peu de critiques. C’est facile, Firefox c’est bien et IE c’est mal. Suis-je le seul à endurer tous ces plantages de Firefox ?
Alors pour moi, Firefox est bien, qu’IE vive ou meure je m’en fout, mais Firefox doit surtout devenir meilleur !
Publié dans Galères, Réflexions, Applications | 1 commentaire

Université : les fainéants et les mauvais chercheurs, au travail !

Consacrant plus de 50 heures hebdomadaires à mon métier d’enseignant-chercheur, j’ai été ulcéré de lire dans un article détaillé du Monde de samedi 13 octobre 2007, intitulé Réforme universitaire : Les profs en première ligne, que les maîtres de conférences travaillent « environ 6 heures hebdomadaires par semaine pendant 32 semaines » (je vous laisse au passage apprécier le « hebdomadaires par semaine »).
Aujourd’hui, Valérie Pécresse, Nicolas Sarkozy et certains journalistes donnent encore cette image du mouvement des chercheurs contre la forme actuelle du décret modifiant leur statut.
Pierre Jourde vient de publier un billet qui reflète très bien le fond de ma pensée et probablement celle de la plupart de mes collègues. En voici un extrait :
[…] En fait, un universitaire moyen travaille beaucoup trop. Il exerce trois métiers, enseignant, administrateur et chercheur. Autant dire qu’il n’est pas aux 35 heures, ni aux 40, ni aux 50. Donnons une idée rapide de la variété de ses tâches : cours. Préparation des cours. Examens. Correction des copies (par centaines). Direction de mémoires ou de thèses. Lectures de ces mémoires (en sciences humaines, une thèse, c’est entre 300 et 1000 pages). Rapports. Soutenances. Jurys d’examens. Réception et suivi des étudiants. Elaboration des maquettes d’enseignement. Cooptation et évaluation des collègues (dossiers, rapports, réunions). Direction d’année, de département, d’UFR le cas échéant. Réunions de toutes ces instances. Conseils d’UFR, conseils scientifiques, réunions de CEVU, rapports et réunions du CNU et du CNRS, animations et réunions de centres et de laboratoires de recherche, et d’une quantité de conseils, d’instituts et de machins divers.

Et puis, la recherche. Pendant les loisirs, s’il en reste. Là, c’est virtuellement infini : lectures innombrables, rédaction d’articles, de livres, de comptes rendus, direction de revues, de collections, conférences, colloques en France et à l’étranger. Quelle bande de fainéants, en effet. Certains cherchent un peu moins que les autres, et on s’étonne ? Contrôlons mieux ces tire-au-flanc, c’est une excellente idée. Il y a une autre hypothèse : et si, pour changer, on fichait la paix aux chercheurs, est-ce qu’ils ne chercheraient pas plus ? Depuis des lustres, la cadence infernale des réformes multiplie leurs tâches. Après quoi, on les accuse de ne pas chercher assez. C’est plutôt le fait qu’ils continuent à le faire, malgré les ministres successifs et leurs bonnes idées, malgré les humiliations et les obstacles en tous genres, qui devrait nous paraître étonnant.

Nicolas Sarkozy, dans son discours du 22 janvier, parle de recherche «médiocre» en France. Elle est tellement médiocre que les publications scientifiques françaises sont classées au 5e rang mondial, alors que la France se situe au 18e rang pour le financement de la recherche. Dans ces conditions, les chercheurs français sont des héros. […]
Publié dans Réflexions | Laisser un commentaire

Les ampoules basse consommation participent au réchauffement climatique !

Dans son livre, L’énergie en 21 questions, chapitre 7, Pierre Bacher nous explique que les lampes basse consommation sont très fortement recommandées dans les grandes installations commerciales et dans les 10% de logements qui utilisent des énergies renouvelables. Mais pour 90% des autres foyers, le gain en production de CO2 d’une ampoule basse consommation est soit pratiquement nul (dans le cas d’un chauffage électrique) soit complètement négatif (dans le cas d’un chauffage au gaz par exemple). L’explication vient du fait qu’une ampoule classique perd énormément d’énergie (son rendement est faible), mais que l’énergie perdue se transforme en chaleur : or, quand on chauffe son logement, cette énergie n’est pas perdue. Ainsi, lorsque l’on utilise des ampoules basse consommation, le système de chauffage du logement doit compenser cette perte d’énergie calorifique. Le bilan globale en terme de production de CO2 n’est alors souvent pas favorable. La publicité faite pour ces lampes peut se justifier comme symbole des économies d’énergie, mais pas comme moyen de préserver le climat !
Publié dans Réflexions | Laisser un commentaire

La fonte des glaces des pôles entraine-t-elle la monté du niveau de la mer ?

Groenland
La physique c’est fantastique est un site sympathique de vulgarisation concernant la physique et la chimie. Par exemple, ce site explique ici pourquoi la fonte d’un glaçon flottant à la surface d’un verre rempli d’eau à ras bord ne fait pas déborder le verre. La conclusion est par contre très surprenante :
Ce problème […] permet de mieux comprendre l’actualité : il est souvent dit dans les médias que le réchauffement de la Terre va faire fondre les glaces du pôle et qu’ainsi certains pays seront engloutis. Or ceci est faux […] en fait ce n’est pas la fonte des glaces qui va provoquer la montée des eaux des océans mais un autre phénomène très courant : un liquide se dilate […] quand la température augmente […]
Cette conclusion est tout simplement erronée. En effet, il faut distinguer deux sortes de glaces :
  • les calottes, posés sur les continents, qui peuvent atteindre plusieurs milliers de mètres d’épaisseur,
  • et les banquises, flottant sur la mer, qui peuvent atteindre 15 mètres d’épaisseur.
S’il est exact que la fonte de la banquise n’entraine pas directement de montée du niveau de la mer, il en va tout autrement pour les calottes de l’Antarctique et du Groenland ! Ainsi, la fonte totale de ces calottes entrainerait une montée du niveau de la mer d’environ 77 mètres ! Depuis 1880, le niveau de la mer est monté de 12 cm environ. 5 cm sont dus à la dilatation thermique et 7 cm à la fonte des calottes.
Publié dans Réflexions | Laisser un commentaire