Archives de la catégorie : Logiciels

killall sur Synology : error […]

killallsynology

La commande killall ne fonctionne pas sur mon nouveau Synology, elle retourne l’erreur suivante :
killall: error while loading shared libraries: libssp.so.0: cannot open shared object file: No such file or directory

En fait, pour une raison que j’ignore (bug?) la librairie libssp.so.0 est absente. Un moyen simple de l’installer est d’installer gcc :
ipkg install gcc

Publié dans Galères, Synology | Laisser un commentaire

Déplacer son blog WordPress

brantaleucopsismigration

Changeant de NAS Synology, je dois déplacer mes blogs WordPress. Cette opération qui devrait être triviale ne l’est pas. Il existe plusieurs solutions, dont certaines à base de plugin. J’ai opté pour une solution plus fiable qui se décompose en trois étapes :

  1. Installer et paramétrer le nouveau serveur en installant un site WordPress Vierge pour vérifier son bon fonctionnement.
  2. Copier toute l’arborescence de fichier du blog vers son nouvel emplacement.
  3. Exporter puis importer la base de donnée associée.
(suite…)
Publié dans WordPress | Laisser un commentaire

Installer WordPress sur un Nas Synology (DSM 6)

best-free-wordpress-themes

WordPress est un système de gestion de contenu, ou CMS (Content Management System en anglais), libre écrit en PHP et reposant sur une base de données MySQL. WordPress est surtout utilisé comme moteur de blog, mais ses fonctionnalités lui permettent également de gérer n’importe quel site web. Il est distribué selon les termes de la licence GNU GPL version 2.

Ce billet reprend celui de 2011 car le DSM de Synology a évolué depuis. Ce billet présuppose que vous possédez un nom de domaine, comme celui que peut vous proposer gratuitement votre fournisseur, auquel nous ferons référence de la manière suivante : mon.nom.de.domaine

Activation du serveur Web

La première étape consiste à activer le serveur Web sur le NAS. Si ce n’est déjà fait, il faut installer le paquet Web Station (Menu principal → Centre de paquets). Cette action crée le partage réseau nommé web (/volume1/web) sur le NAS.

(suite…)
Publié dans WordPress, Synology | Laisser un commentaire

Installation et utilisation d’ipkg (NAS Synology)

51f0yh7rahl-_sl1280_

IPKG (Itsy Package Management System) est un gestionnaire de paquets libre publié sous licence GPLv2. Il permet de gérer l’installation et la mise à jour des logiciels installés sur une distribution GNU/Linux. Il est utilisé dans certains systèmes embarqués.

J’ai déjà écrit un billet sur l’installation d’ipkg sur un NAS Synology. C’était il y a quasiment 10 ans, j’ai donc décidé d’en écrire un nouveau à l’occasion de l’installation de mon 3ème NAS Synology. Cependant, le premier billet reste valable en complément de ce second.

Installation

  1. Sur cette page, vous trouverez le processeur équipant votre NAS ainsi que le bootstrap qui lui convient (ex : syno-i686-bootstrap_1.2-7_i686.xsh pour mon DS916+). Télécharger ce bootstrap dans le dossier public du Synology.
  2. Ouvrir une session ssh sur votre Synology en utilisant votre compte administrateur (et pas le compte root comme expliqué dans la plupart des tutos) :
    ssh admin@IP_SYNO
    sudo -i puis saisir le mot de passe du compte utilisé pour vous connecter pour basculer sur un compte root.
  3. Installer ipkg :
    cd /volume1/public
    sh syno-i686-bootstrap_1.2-7_i686.xsh
  4. Mettre ensuite à jour ipkg :
    ipkg update
    ipkg upgrade
(suite…)
Publié dans Indispensable, Synology, Système | 1 commentaire

Login gnome impossible pour un utilisateur

login-select-Gnome-Shell

Si un utilisateur particulier ne peut se connecter à son bureau gnome mais qu’il peut se connecter en ligne de commande (Ctrl+Alt+F1 par exemple), il est possible qu’il rencontre des problèmes de propriété avec des fichiers de son répertoire home. Pour résoudre le problème, il faut ouvrir un schell et saisir :

sudo chown -R <user>:<groupe> /home/<user>

Publié dans Linux, Galères | Laisser un commentaire

CyanogenMod : seconde vie pour un smartphone

Qu’est-ce que c’est
CyanogenMod-11

Mon smartphone (Galaxy SII) commençait à donner des signes de fatigue : interface peu réactive, plus de mise-à-jour d’Android, mémoire saturé…

Bref, il était temps d’en changer, j’ai tout de même testé une ROM alternative : CyanogenMod. Bien m’en a pris, j’ai un nouveau téléphone pour 0€.

Par rapport à la ROM officielle de Samsung je trouve CyanogenMod bien plus réactif et fluide, plus agréable à utiliser, plus léger mais légèrement moins stable.

Trucs et astuces
  • Utiliser des boutons physiques pour décrocher et raccrocher un appel : se rendre dans Paramètres → Accessibilité
  • Les répertoires /sdcard/log et /data/log se sont remplis de fichier .log saturant la mémoire du téléphone. J’ai dû effacer tout ces fichiers afin de libérer plus d’1Go de mémoire.
Faire un wipe sur son téléphone

Faire un wipe consiste à effacer des données de son téléphone. Voici les trois type de wipe existants :

  • Wipe Data/Factory Reset : supprime toutes vos données personnelles et remet votre système à son état d’origine (penser à faire une sauvegarde par exemple en utilisant Super Backup : SMS & Contacts)
  • Wipe Cache Partition : vide le cache
  • Wipe Dalvik Cache : supprime le cache qui contient des fichiers permettant d’accélérer le fonctionnement d’Android

Il est conseillé de faire un Wipe Cache Partition et un Wipe Dalvik Cache avant une mises à jour mineures de la ROM (ex.: passez de CyanogenMod 9 à 9.1). Il est conseillé de faire les trois wipe avant une mise-à-jour importante de la ROM (ex.: passez de CyanogenMod 9 à 10) afin de redémarrer sur un système neuf.

Pour réaliser ces wipe, il faut redémarrer le téléphone en mode recovery :

  1. Éteindre complètement le téléphone
  2. Presser simultanément les boutons Home et Volume haut puis Power (sur la plupart des terminaux Samsung)
  3. Relâcher les boutons à l’allumage de l’écran

Dans mon téléphone, le wipe data/factory reset et le wipe cache partition sont accessibles directement dans le menu principal du mode recovery, tandis que le wipe dalvik cache est accessible depuis le sous-menu advanced.

Informations et sources
Publié dans Android | Laisser un commentaire

Kile : plus de 1024 caractères

600px-kilesvg

Kile est un excellent éditeur de code LaTeX. Cependant, il nous embête parfois en nous disant :

Le fichier […] a été ouvert et contenait des lignes trop longues (plus de 1024 caractères). Les lignes trop longues ont été tronquées et le document est réglé en mode lecture seule, car l’enregistrement modifie son contenu.

Pour pouvoir modifier cette limite de 1024 caractères, il faut se rendre dans Configuration → Configurer Kile… → Ouvrir / Enregistrer → Limite de longueur de ligne. Il faut ensuite fermer puis réouvrir son fichier.

Pour pouvoir éditer et sauver le fichier sans modifier cette limite, il faut se rendre dans Outils et décocher Mode « lecture seule ».

Publié dans LaTeX, Applications | Tagué | Laisser un commentaire

WordPress : mes extensions

Voici un petit billet pour décrire les extensions WordPress que j’utilise.

plugin-wordpress

Édition

  • Save Editor Scroll Position Permet de retrouver la position dans l’éditeur après une sauvegarde. Je ne suis pas certain que cette extension soit encore utile.
  • HTML Editor Reloaded Permet d’ajouter de nouveaux boutons personnalisables dans la barre d’édition et de nouvelles fonctions (un plein écran agréable notamment). Le paramétrage se fait dans Administration → Réglages → HTML Editor. Fonctionne encore très bien mais n’est apparemment plus maintenue. Extensible HTML Editor Buttons constitue une alternative plus récente.
  • HTML Special Characters Helper Une table de caractères spéciaux pour pouvoir les insérer facilement dans l’éditeur HTML de billets.
  • HTML Editor Syntax Highlighter Coloration syntaxique dans l’éditeur HTML de rédaction des billets. Génial ! Sauf que incompatible avec HTML Editor Reloaded or Extensible HTML Editor Buttons et encore un peu buggé. Mince, rédhibitoire. Je ne connais pourtant pas d’alternative…
  • Preserved HTML Editor Markup —
  • Simple Image Sizes —

Apparence

  • Category Order Permet d’ordonner librement les catégories en se rendant dans Administration → Articles → Category Order.
  • WordPress Popular Posts —

Sécurité

  • Acunetix WP Security Cette extension permet de scanner votre blog afin de relever d’éventuelles failles. Elle vous assiste également dans les démarches permettant de les combler et permet de mettre en place tout une série de sécurisations par de simples cases à cocher. Elle est accessible directement dans Administration → WP-Security.
  • Akismet Akismet permet d’éliminer les commentaires indésirables (spams) et les faux rétroliens qui peuvent affecter le blog. Vraiment très efficace. Le paramétrage se fait dans Administration → Extensions → Askimet.
  • WordPress Database Backup —

Optimisation, référencement

  • Google XML Sitemaps C’est un plugin qui permet de générer un sitemap (ie. plan de site complet et pondéré) pour optimiser/contrôler son référencement WordPress. Le paramétrage se fait dans Administration → Réglages → XML-Sitmap.
  • WP Super Cache WP Super Cache génère des fichiers HTML utilisé directement par Apache sans traiter les scripts PHP relativement lourd. Cela permet d‘accélérer le temps de réponse du site WordPress. Le paramétrage se fait dans Administration → Extensions → WP Super Cache.
  • WP-Piwik —

Extensions diverses

  • (x)html easy validator Cette extension permet de vérifier simplement que les billets et pages du blog respectent les standards du W3C (HTML, HTML5, xhtml…). Il affiche le nombre d’erreurs et de warning dans Administration → Articles → Tous les articles ou Administration →Pages → Toutes les pages avec un lien vers la page de validation W3C associée. L’inconvénient de cette extension est que les erreurs ou warning signalés ne proviennent pas toujours directement des billets ou des pages mais parfois de WordPress, d’un plugin ou du thème.
  • Advanced Code Editor Un éditeur amélioré avec coloration syntaxique pour le code source d’extensions, feuilles CSS…
Publié dans Indispensable, WordPress | Laisser un commentaire

Touchpad : activer le bouton du milieu sous Linux

Pour activer le clic à trois doigts sur le touchpad, simulant le bouton du milieu de la souris, il suffit de taper les commandes suivantes :
synclient ClickFinger3=2
synclient TapButton3=2

Cependant, ces modifications faites avec Synclient ne sont pas conservées au redémarrage. Pour y remédier, il faut intégrer ces commandes dans un script de démarrage. On peut, par exemple, ajouter la commande synclient ClickFinger3=2 TapButton3=2 à Outils système → Préférences → Applications au démarrage.

Publié dans Indispensable, Généralitées, Système | Laisser un commentaire